On n’entend parler que de lui depuis plusieurs jours (article rédigé début octobre 2017) : ce jeune vitrollais de 21 ans affilié à l’extrême droite qui aurait fomenté, avec une dizaine individus, divers projets d’attentats. Je ne citerai pas ici son nom pour des raisons que je développerai plus bas. Quoi qu’il en soit, les éléments de l’enquête sont encore pour l’heure très flous, et il est probable qu’ils le resteront.

Quid du mode opératoire ? On ne sait pas. Quid de l’équipement ? Un fusil de chasse et deux revolvers, un “arsenal” que possèdent probablement des milliers de français chasseurs ou simples tireurs sportifs et n’ayant aucune intention malveillante. Quid des cibles visées ? “Jean-Luc Mélenchon ou Christophe Castaner, un trafiquant de stupéfiants, un commissariat, une gendarmerie ou encore une mosquée.” nous apprend la Dépêche. Quelle précision remarquable.

La Depeche, le nouveau Sherlock Holmes

Bref, voila un dossier qui semble bien plus notable de par son approximation que par la dangerosité de ses acteurs. Et pourtant… pourtant voila qu’il tourne en boucle sur absolument tous les journaux d’État depuis l’arrestation très médiatique de la présumée tête pensante. Je ne vous ferai pas ici l’affront de vous dresser la liste de tous ces médias putaclics, un rapide coup d’œil sur google vous donnera une idée de l’ampleur du phénomène. Un phénomène qui s’accompagne, outre sa paradoxale et étrange importance pour des faits mineurs, d’une précision cette fois accrue vis à vis de l’identité du leader. Il y a tout, son nom complet, son métier, sa vie amoureuse, rien ne nous sera épargné : c’est à peine si on ne livre pas l’adresse postale et la photo du jeune homme à la vindicte populaire…

Sud-Ouest balance

l’imMonde a trouvé son Némesis

Évidemment, ses liens – réels ou présumés – avec des mouvances d’extrême droite sont largement mis en avant, de même que la fameuse page facebook faisant l’apologie de Breivik dont il était l’administrateur. Les dés sont jetés : Big Brother nous a dégoté son nouveau croque-mitaine, son tout dernier épouvantail qu’il pourra brandir à la face de ceux qui seraient tentés par le vote FN aux prochaines élections (mais enfin vous n’y pensez pas ma bonne dame !).

Seulement voila, il serait peut-être temps de remettre tout cela en perspective. Je ne suis pas là pour défendre le jeune vitrollais, je ne suis pas son avocat. Je souhaite simplement comparer son traitement médiatique avec celui des autres auteurs de tentatives d’attentats, ne serait-ce que sur l’année 2017. Pour ce faire, je vous invite à lire ensemble cette rétrospective réalisée par LCI :

Septembre 2017 : 11 attentats empêchés dans l’année d’après LCI

Précisions une nouvelle fois qu’on ne parle que de tentatives (et non d’attentats menés à terme comme par exemple celui gare saint Charles en octobre 2017). Que remarquez-vous de prime abord ? Certes, que la quasi-totalité sont identifiables comme étant arabo-musulmans, ce n’est pas un scoop. On notera d’ailleurs à ce titre la scandaleuse hypocrisie de la vidéo accompagnant l’article et intitulée “Attaques en Occident : profil type des assaillants” parlant de l’âge, du sexe mais JAMAIS de la religion des auteurs. Ce n’est plus de l’esquive, c’est un véritable ballet.

Bref, observez donc l’identité des auteurs de ces attaques avortées : sur 11 attaques empêchées, LCI ne daigne nous lâcher que  deux noms : Zyed Ben Belgacem et Adama Djaziri. Pour les autres, ce sera un “un Egyptien de 29 ans”, “quatre personnes, dont une adolescente de 16 ans” voire “un autre individu” (!!) pour le dernier cas. C’est bien , on a échappé à “un être humain”, voire “un être doté de conscience” (il ne faudrait pas stigmatiser les humains après tout…).

Pourquoi seulement ces deux noms ? Parce que les deux individus concernés dont l’identité a été dévoilée sont aussi les plus dangereux et les seuls à être aussi avancés dans leur exécution : ce n’était plus un “vague projet” mais bel et bien un début de réalisation. Voyez plutôt :

Ce samedi matin de mars, Zyed Ben Belgacem, un Français de 38 ans, débarque à l’aéroport d’Orly au sud-est de Paris équipé d’une arme de poing et d’un bidon d’hydrocarbure. Il attaque alors une militaire de l’opération Sentinelle et lui pointe une arme sur la tempe. L’homme sera abattu par deux des collègues de la militaire

Adama Djaziri, fiché S, percute sur les Champs-Élysées avec sa voiture un fourgon de police. Mais sa voiture, remplis de deux bonbonnes de gaz, prend feu et le terroriste présumé meurt sur le coup. Un véritable arsenal est retrouvé dans le coffre de la voiture.

Enfin, ultime détail qui a toute son importance ici : les deux individus nommément identifiés sont décédés, tous deux morts lors de la réalisation de leurs actes malveillants. Inutile de préciser que la révélation de leur identité ne sera donc pas susceptible de nuire à leur réputation, leur carrière, leur vie amoureuse, et j’en passe. La presse les nomme car elle sait qu’il n’y aura aucune conséquence pour eux. Quid du jeune vitrollais ?

Récapitulons :

-des projets d’attentats imaginés voire commencés à être réalisés par des arabo-musulmans sans nul doute reliés à la mouvance islamiste (bien que rarement exprimé explicitement par les médias) ? Pas de noms.

-des projets d’attentats commencés à être réalisés par des arabo-musulmans et d’une ampleur conséquente (attaque de soldats, fourgon piégé) dont les auteurs sont morts ? Des noms. Et encore, prononcés sur le bout des lèvres. Qui se souvient avoir entendu parler de “Zyed Ben Belgacem” et “Adama Djaziri” ? Qui les a encore en mémoire ?

-des projets d’attentats imaginés, dont les contours sont très flous, mais reliés à des jeunes nationalistes ou assimilés : des noms, et une cabale sans précédent.

Le constat est sans appel : ne serait-ce que sur l’identité des auteurs, le traitement est diamétralement opposé. La vie de ce jeune vitrollais est foutue, tandis que la presse mainstream continue à masquer les noms des auteurs d’origine arabo-musulmane (et encore je ne parle que de projets d’attentats, combien de violeurs récidivistes et autres crapules dont le nom passe à l’as afin “de ne pas stigmatiser” ?). Encore une fois je ne suis pas là pour prendre fait et cause pour ce jeune – il a fait une connerie qu’il devra assumer, probablement toute sa vie, mais il convient ici de relativiser : enfin bon, quel est donc ce terrifiant terrorisme d’extrême droite dont les médias nous rabâchent les oreilles, tentant maladroitement de le mettre au même plan que le terrorisme islamiste ?

Liste d’attaques terroristes d’extrême droite selon Wikipedia

Si vous le voulez bien et pour des raisons pratiques évidentes, nous allons nous limiter aux attaques concernant la France et ce, uniquement sur les 20 dernières années (depuis 1997, pour ceux qui liraient cet article bien après sa parution). On recense donc pas moins de 11 attaques à priori terroristes et à priori reliées à l’extrême droite – j’insiste sur le double “à priori”.

Ce chiffre peut paraitre important de prime d’abord, ne vous emballez pas, souvenez-vous que nous sommes sur wikipédia, média alimenté par des étudiants pressés de recopier la presse généraliste sans recul aucun. Pourquoi ce double “à priori” donc ? Parce qu’histoire de gonfler artificiellement les chiffres, l’ami Wiki se permet de nous concocter un gigantesque fourre-tout qui n’a ni queue ni tête.

Par exemple : 29 juin 2017, France : un homme au volant d’un 4×4 tente à plusieurs reprises de faucher des fidèles de la mosquée de Créteil ;encastré dans les barrières de sécurité, il réussit à prendre la fuite et est interpellé dans la soirée.

Pourquoi diable ranger ça dans la catégorie “terrorisme d’extrême droite” ? D’accord l’attaque visait certes une mosquée mais il n’y avait AUCUN élément reliant l’assaillant à un quelconque mouvement politique. Il s’agissait d’un arménien de 43 ans au mobile inconnu, ce n’est pas moi qui le dis c’est Libé : croyez bien que si même eux ne font pas de lien avec l’extrême droite c’est justement parce qu’il n’y en a pas.

Libé attend toujours son Breivik français

Autre exemple : 14 septembre 2012, France : 2 sympathisants de l’organisation sioniste d’extrême droite LDJ déposent une bombe dans la voiture d’un juif antisioniste, Jonathan Moadab, à qui ils reprochent ses critiques contre le gouvernement israélien .

Vous serez donc ravis d’apprendre que la LDJ est un groupuscule de fascistes juifs. Je connais un moustachu qui en rigole encore. J’ai gardé le meilleur pour la fin :

-2007-2008, France : 9 attentats contre des radars automatiques, certains revendiqués par la Fraction nationaliste armée révolutionnaire.

OHMONDIEU des attentats contre des radars ! Mais enfermez donc ces dangereux psychopathes ! Blague à part, on voit ici à quoi en sont réduits les adversaires idéologiques de l’extrême droite qui sont prêts à tout, y compris à inclure la destruction de radars dans la catégorie “terrorisme” pour gonfler les stats’…

Quid des morts par attentats d’extrême droite en France ? Le dernier remonte au 22 mai 2001, un marchand de tapis marocain tué par le groupe Tiwaz 2882. Ajoutez-y l’attentat au colis piégé commis un an avant contre un syndicat et qui a fait un mort, et vous obtenez le chiffre époustouflant de 2 morts en 20 ans. Retenez bien ce chiffre : il est là, le danger réel de ce supposé terrifiant terrorisme d’extrême droite.

Si vous en doutez encore malgré les chiffres, lisez donc cet article éloquent d’Atlantico datant de 2016 : Eric Denécé, docteur ès Science Politique, y relativise la soi-disant dangerosité de l’extrême droite française – des propos que vous n’entendrez jamais sur TF1 et consorts qui quant à eux s’entêtent à brandir une menace qu’on peut aisément qualifier d’imaginaire. Extrait choisi :

Il faut bien être conscient qu’aujourd’hui, au vu de la situation française, la priorité des services de sécurité n’est pas l’extrême-droite, parce que ce n’est pas la menace principale. La menace principale qui mobilise l’essentiel des services et des effectifs, c’est la menace islamiste. Vient ensuite la menace de l’ultragauche, que l’on retrouve avec les Black Blocks, les casseurs, etc.

L’article entier disponible sur Atlantico, à lire et à partager

Avant de conclure et pour illustrer le propos de Denécé, je me permets un dernier aparté concernant ce fameux chiffre 11 : il correspond donc, vous l’aurez noté, au nombre d’attaques terroristes présumées d’extrême droite sur 20 ans mais aussi au nombre officiel de “simples” tentatives par des islamistes sur la seule année 2017. Si on y rajoute les attentats effectivement réalisés ainsi que toutes les tentatives non répertoriées, je n’ose imaginer le score final. Fin de la parenthèse.

A qui profite le crime donc ? Certainement pas à ce jeune vitrollais inconscient dont la vie est brisée, son nom étalé dans toute la presse à scandale tel le pire des criminels que la France ait jamais connu. Certainement pas aux divers partis d’extrême droite français dont la réputation se voit une nouvelle fois ternie – tandis que celle des mosquées salafistes va très bien, merci pour elles.

A QUI ALORS ?

Je pense qu’au fond de vous, vous avez la réponse.